Hier, au Centre Vidéotron, avait lieu le spectacle de Twins of Evil, le duo de Marilyn Manson et de Rob Zombie. En avant première se lançait Palaye Royale parmis un Centre Vidéotron à moitié vide. Après un avant-goût de ce qui attendrait les fans après leur entrée, incluant leur chanson Higher, le chanteur du groupe hurla à la foule pour les prévenir de l’arrivée de Manson et de Rob Zombie et fermeront ensuite sur How Do You Do?.

Une fois l’avant-première terminée, l’entracte arriva et les gens commencèrent à se masser sur le parterre et dans les estrades. Le Centre Vidéotron se remplissait de nouveaux spectateurs à vue d’oeil. Nous étions environ 5,000 personnes dans le Centre Vidéotron quand les lumières s’éteignirent.

Le premier des Twins of Evil arrive sur scène

Est-ce que les gens ont encore de la rancœur de la désertion de Manson en 2016? On ne pourrait pas dire. Chose sûre, à peine le spectacle de jeux de lumières commencées et la musique lancée que la foule se mit à hurler, poings en l’air. C’est donc sous les airs d’Angel With The Scabbed Wings que l’enfant terrible entra sur scène. En à peine quelques grognements, le chanteur de 50 ans avait réussi à faire oublier son absence de son précédent spectacle.

Afin de se réconcilier encore plus, il descendit (ou tituba pour descendre car il semblait à la fois saoul et gelé… c’est Manson, n’oublions pas) et alla se planter dans la première rangée de la foule qui tentait désespérément de le toucher et se mit à hurler la chanson This is the New Shit à travers des spectateurs.

Au travers chaque chanson, notre coloré personnage arrivait avec divers costumes, sans oublier le fameux joint partagé entre les artistes sur la scène en prétextant qu’un spectateur le lui avait remis pour ensuite lancé le Dope Show.

Les chansons suivantes se sont enchaînées de façon très normales jusqu’à l’arrivée de Say10 qui aura plus de mordant que jamais. De sa voix rauque, Manson réclama à la foule d’allumer leur cellulaire et de faire le plus de lumière possible, ce que tous firent très rapidement, pour ensuite lancer la version tant aimée de Sweet Dreams (Are Made Of This).

Bien entendu, il n’en fallait pas moins pour le voir, finalement, ajouter son délicieux “grotesque” en arrivant sur une estrade surelevée sous un air de dictateur pour lancer Antichrist Superstar et, finalement, terminer en retournant dans la foule une dernière fois pour leur faire apprécier d’une façon plus qu’intense sur The Beautiful People.

La finale des Twins of Evil encore plus intense!

Encore plus réveillé et dynamique que son prédécesseur, le chanteur de 54 ans, Rob Zombie, fait son arrivée sur scène en sautant sur les trois plateformes placées sur la scène. Offrant une prestation plus généreuse que son acolyte, le chanteur métal a décidé d’offrir une prestation haute en couleurs, combinées à des projections vidéos dignes des années 50 et 60 ainsi que certaines plus “sexistes”, diront certains, puisque certaines projections arboraient des femmes à moitié nues ou, tout bêtement, les seins à l’air.

Ceci dit, la mise en scène époustouflantes munies de marionnettes encore plus géantes les unes que les autres, passaient sur la scène en dansant sur les multiples chansons du rockeur au look de mort-vivant. Jouant des covers de son défunt groupe White Zombie tels que More Human Than HumanElectric Head Part 2 : The Ecstasy et Thunder Kiss ’65, le chanteur s’est même permis de lancer un intense Blitzkrieg Bop des Ramones ainsi que Helter Skelter de The Beatles.

N’oublions pas le sublime solo de guitare de John5, le guitariste, pendant que Rob Zombie courrait dans la foule pour aller voir les gens, serrer des mains et les faire crier partout dans le Centre Vidéotron. Solo intense qui dura facilement une bonne quinzaine de minutes.

Bien entendu, n’oublions pas les succès personnels comme Dead City Radio and the New Gods of SupertownLiving Dead GirlPussy Liquors et, après avoir fait visionner la bande-annonce de son prochain film d’horreur 3 from Hell (film prévu pour 2019 qui est la suite de House of thousand corpses paru en 2003), ferma le spectacle sur une intense prestation de Dragula sur un piédestal en forme de démon.

Patrick Tremblay

Père de famille, gamer, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.