La saison 1 de The Walking Dead: A TellTale Game Series sur PS Vita brille aussi fortement que ses versions sœurs lancées précédemment sur PS3 et Xbox 360. L'inclusion de l'écran tactile de la Vita vient rehausser l'expérience de jeu qui n'en n'est que plus intéressant encore. Formidable en tout point, ce jeu est sans contredit un incontournable pour tout propriétaire de PS Vita.

The Walking Dead (TWD), la série télévisée, repose sur un ingrédient formidablement bien apprêté. Ingrédient qui réussit à faire que de la quatrième saison de cette série, soit toujours aussi intéressante, passionnante et absorbante. En fait, ce n’est pas la présence de zombie qui fait que TWD attire autant; c’est plutôt ces sentiments d’insécurité, de panique et de stress que confère l’aspect psychologique de la série. Ici, la peur reliée aux inexplicables et imprévisibles comportements humains prône bien au-dessus de celle de devoir affronter une horde de morts-vivants affamés de chair fraiche.

Et contre toute attente, sous un maquillage qui ne le laisse au départ aucunement présager son incroyable qualité, l’effort de TellTale s’avère être le plus bel exemple de ce que doit être une adaptation. Je dis « maquillage », car le style visuel qu’ont décidé d’adopter les gens de TTG (TellTale Games) est celui du « cell-shading ». Cette technique de rendu de textures qui donne une apparence et un look très près de la bande dessinée. On pourrait se questionner sur ce choix quand on sait ce qu’est la série TWD. Mais, il ne faut pas oublié qu’au départ, la série télévisée est elle-même une adaptation d’un comic book, alors il est compréhensible que le développeur ait plus voulu s’approcher des sources de celui-ci que de la série télé.

Contrairement a l’idée qu’on pourrait s’en faire étant donné le choix du traitement visuel utilisé, The Walking Dead: A TellTale Game Series Season 1* réussi un tour de force que peu de jeux vidéo ont été capables de réaliser dans le passé, celui de capturer l’essence principale de sur quoi ils sont basés. Par combien d’adaptations cinématographiques de romans avez-vous été déçu après avoir lus ces derniers dites-moi? Trouver qu’un film ne soit vraiment pas à la hauteur du roman duquel il est inspiré est très fréquent. Mais heureusement ici, TWD nous prend carrément par surprise en capturant précisément et très savamment le cœur et le sentiment essentiel de la série qui fait malheur partout.

*Ne pas confondre avec le jeu de tir à la première personne « The Walking Dead: Survival Instinct ».

 

Utilisant un scénario parallèle à celui de la sérié télé, le jeu nous plonge dans une ambiance paniquante et glauque et exploite très bien nos peurs, nos craintes, notre anxiété ainsi que notre capacité de prendre des décisions rapides. En fait, nous incarnons le personnage de Lee Everett, un professeur d’histoire au passé entaché par un crime dont la responsabilité reste ambiguë et qui nous est dévoilé petit à petit tout au long des différents épisodes qui composent le titre. Je dis épisodes, car le jeu qui avait tout d’abord été créé pour le PlayStation Network et Xbox Live, était disponible par épisodes qui nous étaient livrés périodiquement par intervalles de quelques mois.

Le jeu s’ouvre sur une séquence où nous nous retrouvons dans la peau de Lee, errant dans les rues d’une petite ville. Nous ferons la rencontre d’une fillette nommée Clémentine, laissée pour seule dans sa résidence familiale sans parents. Nous découvrons alors que les parents de celle-ci sont absents parce que partis en voyage. Clémentine avait été laissée sous la supervision d’une gardienne d’enfants dont nous ferons la macabre rencontre, ce qui deviendra notre première séquence d’action du jeu. S’en suit la décision de Lee de prendre en charge Clémentine afin de l’aider à retrouver ses parents, ce qui les mènera tous les deux dans diverses aventures relatées en 6 épisodes différents.

TWD est avant tout un jeu d’exploration et de prise de décisions. Alors que celui-ci nous place dans différentes situations, il nous demande d’explorer l’environnement, de poser des questions aux gens rencontrés et de prendre des décisions relativement à tout ce que nous apprenons de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Et ces décisions ne doivent être prises à la légère, car le système de jeu gère absolument tout ce que nous faisons et modifie la suite des choses selon celles-ci. Pour donner un exemple, Lee sera souvent appelé à prendre part pour un camp ou l’autre alors que certaines alliances se forment chez les survivants. Cela peut sembler facile à prime à bord, mais vient étroitement chercher une certaine fibre de valeurs qui résident chez le joueur. L’expérience sera toute à faite différente d’un joueur à l’autre, car l’action à l’écran et l’interaction entre les personnages seront directement liées à ces valeurs.

Tel que mentionné tout à l’heure, le jeu repose sur les choix du joueur ainsi que sur sa capacité d’analyse des situations afin de prendre les meilleures décisions possible et le tout, selon une variation de temps disponible pour prendre celles-ci. Ces variations, qui sont nécessaires à fournir un certain sentiment d’urgence, ou non, à prendre une décision, est sommes toutes extrêmement bien balancée et ne devient jamais problématique. Le jeu, dont l’audio n’est disponible qu’en Anglais, offre des sous-titres en Français, ce qui aide un peu plus malgré le fait que certains des textes défilent plutôt rapidement ne nous laissant pas toujours le temps de les lire, sauf dans le cas où des choix nous sont offerts, ce qui ne dérange en rien le déroulement du jeu et de nos prises de décisions. Et le jeu gère très bien l’urgence de ces choix en nous indiquant une barre de temps qui varie en durée de défilement. Lorsque nous nous retrouvons dans une situation de panique intense, telle que serait le cas dans la vraie, si cette situation arrivait pour vrai, le décompte baisse très rapidement, nous laissant un peu en panique alors que nous essayons de lire les options qui s’offrent à nous à l’écran et de faire un choix. C’est ici que le jeu prend tout son sens; dans cette gestion de la panique et de la peur devant lesquels nous sommes placés tout au long du jeu. Cette manœuvre, qui en est une qui joue directement avec nos sentiments de sécurité et d’insécurité, est exploitée à fond et de brillante façon par les concepteurs du jeu.

The Walking Dead Season 1

Le jeu comporte également une certaine dose d’éléments de jeu de rôle en ce sens qu’il nous est souvent donné de devoir faire des recherches d’items requis pour accéder à certains endroits ou pour simplement pouvoir faire avancer l’histoire. Ces éléments de jeu auraient pu êtres plus nombreux et plus demandant en terme de réflexion de la part du joueur. Mais ils n’en demeurent pas moins intéressants. À mon avis, il y aurait facilement pu y avoir beaucoup plus de « puzzles » au travers de la série, ce qui aurait vraiment donné encore plus de moments où nous sommes contraints à utiliser nos méninges. Mais la mécanique de base n’est pas vraiment faite pour aller toucher ce côté de notre cerveau et ce n’est pas vraiment nécessaire puisque tout le reste de la mécanique en place opère avec grand succès.

Ayant déjà gagné plusieurs prix dans l’industrie pour son immense qualité, The Walking Dead: A TellTale Game Series sur PS Vita n’offre rien de vraiment nouveau comparativement aux versions PS3 , Xbox et PC si ce n’est que pour son intégration de l’écran tactile qui facilite la précision et la vitesse de nos prises de décisions. De plus, il inclut maintenant l’épisode « 400 Days » qui avait été lancé plus récemment et qui n’est pas directement relié à l’histoire de base de Lee et Clémentine mais qui se veut être un épisode spécial où l’on explore les histoires séparées d’autres personnes.

La version PS Vita est un bijou en tout point, un titre qui doit faire partie de votre bibliothèque de jeu tant il brille par sa conception et par son habileté à venir chercher tous les aspects du côté émotionnel du joueur. De plus, cette version n’a absolument rien à envier aux versions sœurs des consoles plus puissantes, car absolument rien n’y a été amputé tant au point de vue visuel qu’au point de vue audio et de son immense plaisir à être joué.

Point positif de plus, The Walking Dead: A TellTale Game Séries Season 1 peut facilement être trouvé à bas prix un peu partout, ce qui en fait un investissement plutôt facile à gérer pour la plupart des porte-feuilles.

Avant de vous lancer dans l’épisode 1 de la saison deux qui a été rendue disponible récemment pour PS3 et Xbox 360, il serait tout à fait préférable de faire ou refaire ce jeu pour se remettre dans le bain et pouvoir continuer l’histoire qui reprend maintenant vie avec Clémentine à la barre. À ne pas manquer!

En cliquant sur la pochette, vous serez redirigé vers le site d’Amazon (Canada). Si vous faites l’achat du jeu, vous ne payerez pas plus cher et vous encouragerez le site Web à poursuivre son travail.

Marc Desgagnés

Passionné de jeux vidéo et d'entrainement physique, Marc affectionne particulièrement The Walking Dead, Game of Thrones et la franchise Resident Evil.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soumettre votre critique

Vous aimeriez apporter vous aussi votre avis sur un jeu vidéo que nous avons faits? Donnez votre note et nous la partagerons à tous.

Voici mon pointage

Si vous désirez soutenir la chaîne…

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.