Jet Kave Adventure nous vient pas de la Préhistoire mais plutôt de Pologne où le petit studio 7 Levels nous a concocté un jeu de plateforme 2.5D plutôt sympathique à voir, mélange d’un Prehistorik, de Donkey Kong Returns et de Rocket Knight. Un panachage bien ambitieux !

Merci à 7Levels qui nous a gratuitement fourni une copie du jeu afin d’en faire la couverture médiatique et le test. L’éditeur/développeur nous autorise par conséquent à diffuser et/ou utiliser des extraits du jeu pour nos besoins de production et n’intervient d’aucune façon dans l’attribution de la note finale. #Article13Free

Pas facile d’être un héro en devenir

Kave, piètre chasseur, est banni par sa tribu. Rejeté, sa solitude est vite interrompue par une étrange découverte. En effet notre héros tombe par hasard sur un vaisseau extraterrestre échoué sur son île préhistorique. Rien que ça. Éberlué par ce qu’il voit, il sent que les créatures fomentent un plan pour réparer leur machine : ils souhaitent faire exploser le volcan de l’île afin de récupérer l’énergie nécessaire pour repartir… quitte à réduire l’île en poussière !

Kave se gratte la tête un moment et comprend qu’il doit sauver son île et sa tribu. Il y a peut-être aussi une opportunité de rachat auprès des siens. La chance est de son côté car il trébuche maladroitement sur un jet pack abandonné prêt de la soucoupe volante. L’aventure commence avec un tutoriel qui nous permettra de nous familiariser avec les divers mouvements de notre héros et la maîtrise du réacteur dorsal. Pas moins de 36 niveaux à travers quatre mondes nous attendent pour nous débarrasser de ces intrus intersidéraux.

Visuel préhistoriquement charmant!

Incontestablement, le rendu visuel est réussi et de toute évidence il s’agit du point fort du jeu. Les couleurs sont chatoyantes et chaudes, les effets lumineux sont bien présents et rendent le jeu réellement plaisant à contempler. Le soleil rasant du crépuscule, les peintures rupestres, les cascades ruisselantes sont des tableaux charmants à regarder, avec parfois des lieux plus hostiles aussi, comme l’intérieur d’un volcan ou des jungles infestées d’animaux peu amicaux…

Les ennemis sont assez nombreux et pour le moins inattendus. Une drôle d’île en fait où cohabitent les hommes du quaternaire, des tigres à dents de sabre du tertiaire, les dinosaures du secondaire, les trilobites ou des meganeuras du primaire… et… des extraterrestres ! Chers amis paléontologues ne cherchez pas, c’est de la science-fiction !!

Quoiqu’il en soit, les ennemis sont bien conçus dans l’ensemble et chacun saura vous embêter à sa manière. Les ptérodactyles vous fonceront dessus, les stégosaures se replieront sur eux-mêmes pour vous bombarder de plaques osseuses, les triceratops vous lâcheront des boules de feux… Ah oui sans oublier la plante superbe que vous prendrez pour un item et qui vous exploseront dans la figure… une science-fiction vous dis-je… inutile donc de parler du poisson-globe qui vole dans les airs, ce n’est pas nécessaire !

Bref, les boss sont quant à eux tout aussi réussis et amusants. Vous devrez échapper, entre autres, à des charges de mammouth ou bien à un ptéranodon en furie crachant le feu. Là où le bât blesse, à mon sens, c’est l’animation de tous ces petits personnages qui m’a paru tout de même un peu simpliste. En effet les mouvements sont assez grossiers et répétitifs. C’est dommage car cela ternit quelque peu la première impression et également la note au bout du compte.

Ah, cette douce musique des cavernes…

Pas de surprise ici. Les musiques sont « préhistoriques » à base essentiellement de percussions. Beaucoup de tambours donc, mais on entendra tout de même des flutes en os, des rhombes en bois ou encore des cornes de coquillages. Du moins si ça ne l’est pas, cela y ressemble… La musique devient plus douce, exotique dans le niveau de la plage par exemple et plus sombre dans le niveau du volcan.

Quelquefois on reconnaitra même une vague ressemblance avec des niveaux de Donkey Kong Returns mais, contrairement au titre de chez Nintendo, rien de mémorable ici. Elles ne sont pas très nombreuses de surcroit. Les sons sont abondants mais là aussi rien d’extraordinaire. Ils sont convaincants par leur variété à défaut d’être de qualité.

Vous ne vous ennuierez pas!

Objectivement le titre bouge bien. Il est dynamique et on se prend facilement au jeu. Kave avec ses trois cœurs de volonté saute, s’abaisse, s’accroche aux rochers, peut rester un temps agrippé sur un obstacle et sauter à nouveau telle une vraie panthère. Le booster pack apporte un réel plaisir. Il faudra gérer son énergie et bien l’utiliser au moment clef si vous voulez éviter un atterrissage prématuré dans le fossé. L’utilisation est assez simple. La pression du bouton dédié mettra le jeu au ralenti pour vous permettre de choisir la direction vers laquelle vous souhaitez être propulsé. De plus le jet-pack servira également pour pulvériser un obstacle ou anéantir des ennemis. Vous pourrez également compter sur l’inévitable massue « préhistorique ». Ce n’est pas un sabre laser mais un bon coup sec des deux mains vous permettra également d’éliminer chaque ennemi.

Trois types d’items sont à collecter dans le jeu. Les coquillages sont les plus importants car ils sont votre monnaie d’échange afin d’améliorer votre attirail (4 niveaux d’amélioration). Ainsi votre jet pack commence au niveau 1 et il faudra compter 100 coquillages afin de lui donner le souffle requis pour les prochains niveaux. Votre gourdin avec le temps pourra devenir mieux que la batte de baseball de Babe Ruth mais là aussi il faudra beaucoup de coquillages. Ceux trouvés le long du chemin ne suffiront pas. Il faudra farfouiller les niveaux afin de débusquer des cachettes. Vous y trouverez parfois un trophée dont je n’ai pas vraiment saisi l’utilité…

Autre point important : La nourriture. Celle-ci se trouve dans un arbre, des baies ou encore après avoir assommé un « vilain pas beau ». Elle s’accumule graduellement sous forme de cuisse de poulet. Une fois pleine celle-ci sera consommable et remplira un cœur que vous aurez perdu au gré de votre progression dans le niveau. On peut aussi améliorer la quantité de stock de nourriture… mais moyennant coquillages !

On pourrait tout autant parler des cailloux, plus anecdotiques, qui permettront à Kave de se débarrasser d’un ennemi à distance. Là aussi c’est améliorable. Enfin les capsules d’énergie redonneront le boost nécessaire dans certaines phases de saut ou bien dans des phases où notre héros traversera un niveau grâce à un deltaplane (c’est du Prehistorik tout craché !).

Mais malgré tout cela, soyons honnêtes, il n’y a aucune innovation dans le monde truculent de Kave. Tout cela est vu et revu. Cela ne l’empêche pas d’être, intrinsèquement, divertissant d’ailleurs. Mais il manque la sève, l’inattendu pour sortir du lot des jeux communs dont le flux ne se tarit jamais !

Pour ce qui est de la difficulté ne vous attendez pas un réel challenge. Les cœurs, vous n’en perdrez pas très souvent et il y a de nombreux checkpoints. Le jeu est assez facile surtout au début et la difficulté arrive très, très progressivement. Seuls les niveaux avec un véhicule m’ont paru laborieux.

Une aventure un peu courte

Au bout d’une heure de jeu et même si on s’amuse plutôt dans les premières parties de ce titre une question nous taraude assez vite : est-ce que je le referai ? Je suis assez perplexe sur cette question centrale mais je pencherais plutôt pour un « non ». Cette réponse se justifie facilement d’ailleurs. Si vous savez qu’il y a 36 niveaux et que chacun d’entre eux se termine en moins de 5min vous comprendrez assez vite que le jeu ne dépassera pas 4/5h pour un joueur moyen et dans les 3h pour les bons joueurs. Dans les deux cas la lassitude pointera vite son nez…

Un titre qui risque de se fossiliser dans l’oubli…

Nous sommes donc en face d’un jeu très classique qui, sans dénigrer son rendu visuel, ne brille ni par son gameplay ni par sa rejouabilité. Tout cela est un petit peu regrettable car ce titre aurait pu bénéficier facilement de modes de jeu supplémentaires qui l’auraient rendu un peu moins linéaire. Alors non ce n’est pas un Donkey Kong car il n’en a pas la profondeur, non ce n’est pas un Prehistorik car il n’est pas innovateur et non, enfin, ce n’est pas du niveau d’un Rocket Knight car Kave n’a pas son charisme, attachant soit-il.

C’est juste un petit jeu de plateforme de plus, certes pas mauvais, mais pas indispensable sauf si vous êtes en manque de dinosaures en cette période de pandémie ou dans l’attente du prochain Jurassic World. Toutefois son prix, déjà raisonnable (15 coquillages… euros pardon (ou encore, 26,45$ CAN), accompagné d’un solde pourra éventuellement persuader quelques fans inconditionnels d’une préhistoire pour une fois attrayante.

Verdict

  • 75%

    Visuel

  • 60%

    Audio

  • 65%

    Gameplay

  • 40%

    Rejouabilité

Appréciation générale
60%
Positifs
  • Très sympa graphiquement
  • Ennemis loufoques et variés
  • Belle courbe de difficulté progressive
  • Prix quand même intéressant

Négatifs
  • Court et plutôt répétitif
  • Pas d’innovation dans le gameplay
  • Rejouabilité assez faible
  • Pas vraiment de challenge pour les joueurs chevronnés

Pour connaitre les critères de notre système de notation, visitez cette page.

Prenez note que la version testée est celle sur PC. Le jeu est également disponible sur Xbox One et Switch.

Vous voulez soutenir la chaîne?

► Quelques uns de nos produits sur Amazon: https://amzn.to/2pTNLZ1
► Achetez vos jeux vidéo sur Amazon: https://amzn.to/2GmptgY

Frédéric Bouquin

Toujours à la recherche de sources positives il aime rire, comprendre et transmettre. Passionné d’Histoire, de géopolitique et de musique il est épanoui dans sa vie de papa comme dans sa vie professionnelle. Depuis 40 ans déjà il vit un attachement fidèle avec le jeu vidéo notamment les jeux de stratégie.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.