Dans un monde où une méga corporation abuse de mère-nature et tue littéralement la planète à grands coups de saccages, seule une force de la nature telle qu’un loup-garou peut s’interposer et mettre fin à la destruction afin de protéger Gaia, notre chère planète…

Merci à NACON qui nous a offert gratuitement une copie de ce jeu pour en faire la critique. L’éditeur/développeur nous autorise à diffuser et/ou utiliser des extraits du jeu pour nos besoins de production et n’intervient d’aucune façon dans l’attribution de notre note finale. #Article13Free

Commencer en loup…

Dans Werewolf: The Apocalypse – Earthblood, vous incarnerez Cahal, un guerrier loup-garou (Crinos) faisant parti d’un clan écoterroriste se battant pour sauver la planète de la corporation Endron qui, par leurs actions, détruisent carrément celle-ci. Dans cette histoire, vous connaitrez donc les 3 grandes forces qui forment notre monde, telles que le Wyld (force de la création chaotique), le Wyrm (force qui gère la balance entre création et destruction) et le Weaver (force de la destruction).

Malheureusement, le Weaver ayant trop gagné en puissance, celui-ci corrompt l’humanité. Ceci a donc pour effet de cause la destruction (via la pollution), plus que la création de la planète (Gaia). Endron est alors corrompu par le Weaver. Devenant une telle menace, Cahal et son clan décident de s’y attaquer pour défendre Gaia. Cependant, lors d’une mission, Cahal y perdra sa femme et de ce fait, perdra également le contrôle de son pouvoir de Crinos, devenant une bête féroce et sans merci, allant même à attaquer ses proches. De ce fait, Cahal s’exilera de son clan, abandonnant sa fille et ses amis.

Après quelques années passées en exil, Cahal revient auprès des siens, car ceux-ci sont menacés par un groupe de mercenaires. Dès son retour, il devra se battre de nouveau et protéger son clan et sa fille. Ayant le pouvoir de se transformer, Cahal peut prendre 3 formes: La forme humaine lui permet d’interagir avec la technologie et les autres humains, sa forme de loup lui permet de se faufiler dans des endroits petits et étroits tout en étant furtif et sa forme Crinos (loup-garou) lui permet bien sure de se battre.

Dans sa forme Crinos, vous aurez également 2 autres formes distinctes, soit sa forme agile, qui lui donne rapidité et agilité, ou soit sa forme force qui lui octroie une force phénoménale, mais au prix d’une vitesse très réduite. Vous avez aussi une vue spectrale qui vous permet de sentir « l’au-delà » et de voir les esprits. Vous avez un arbre de talents qui vous permettra d’apprendre des techniques et qui vous donnera certains pouvoirs. La façon d’amasser ces points se fait en amassant de l’expérience via la communication avec la nature (certaines plantes, rochers, marques, etc…), via votre vue spectrale ou encore, en accomplissant certaines tâches.

…Finir en mouton ?

L’histoire de base du jeu est plutôt intéressante. Malheureusement, le jeu d’acteur est vraiment pénible, pour ne pas dire insipide. Il n’y a pas de sentiments dans les dialogues, dans les actions, ni même lors des scènes qui pourraient êtres touchantes ou tristes.

Au niveau visuel, l’ensemble est plutôt bien. La nature est bien représentée et le personnage principal est très bien réalisé, que ce soit dans sa forme humaine, de loup ou même de Crinos. En revanche, pour ce qui est des autres personnages, on se croirait à la fin de la génération PS3, avec des mouvements secs, manquant de fluidité et peu animés.

Ce qui est plaisant, c’est que le jeu vous offre la possibilité de jouer de façon furtive, ce qui vous permet de traverser les diverses bases ennemies sans trop de combats. Il est aussi possible d’y aller en optant pour du « rentre dedans » en se transformant en Crinos et en se lançant dans des combats tout le long de l’exploration. Ce qui m’a moins plu au niveau des combats, c’est le fait que ceux-ci se passent par vagues via des portails dans chaque pièce. Je trouve que ce genre de combats donne plus une allure beat’em all/beat’em up de type arcade, que du type action/aventure à proprement dire.

Au final, Werewolf: The Apocalypse – Earthblood est très court (autour de 14 heures si on fait tout) et ce malgré les quêtes secondaires. À mon avis, pour le prix demandé, je vous conseillerais plutôt d’attendre que celui-ci soit en rabais pour vous le procurer. Il n’est pas mauvais, mais est loin d’être à la hauteur de ce qu’on pourrait s’attendre de ce dernier…

Verdict

Test de jeu - Score 5.5

  • 70%

    Visuel

  • 50%

    Audio

  • 55%

    Gameplay

  • 50%

    Rejouabilité

Positifs
  • Histoire de base intéressante
  • Bonne prise en main
  • Certains aspects visuels bien réalisés

Négatifs
  • Voice acting risible
  • Animations pénibles de certains personnages
  • Les combats de type “par vagues” tuent l’aventure
  • Un peu court (8 à 10 heures)

Pour connaitre les critères de notre système de notation, visitez cette page.

Prenez note que la version testée est celle sur PS5. Le jeu est également disponible sur Xbox Series, PS4, Xbox One et PC.

Vous voulez soutenir la chaîne?

► Quelques uns de nos produits sur Amazon: https://amzn.to/2pTNLZ1
► Achetez vos jeux vidéo sur Amazon: https://amzn.to/2GmptgY

Jacques Moisan

Père de famille dévoué et gamer de longue date, spécialisé dans les RPG. Trippeux de techno, mais adorant tout ce qui est médiéval et ancienne culture japonaise. Jack adore tout ce qui sort de l'ordinaire (séries fantastiques, futuriste et animes japonais ). Un cœur jeune et encore trippeux dans l'âme.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soumettre votre critique

Vous aimeriez apporter vous aussi votre avis sur un jeu vidéo que nous avons faits? Donnez votre note et nous la partagerons à tous.

Voici mon pointage

Si vous désirez soutenir la chaîne…

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.