La vie Californienne n’est pas toujours de tout repos pour ces quatre jeunes désirant s’y établir pour vivre leur passion musicale au travers du travail et des relations amoureuses…

Merci à Team OFK qui nous a remis un code pour le jeu afin d’en faire la couverture médiatique et le test. L’éditeur/développeur nous autorise par conséquent à diffuser et/ou utiliser des extraits du jeu pour nos besoins de production et n’intervient d’aucune façon dans l’attribution de la note finale.

Manière originale de lancer un groupe musical

We Are OFK n’est pas seulement le titre d’un jeu, mais bien celui d’un groupe de musique indie-pop dirigé par Teddy Dief, directeur et auteur du jeu, étant lui-même la voix du chanteur du groupe; Luca Le Fae. Retrouvez-le en compagnie de ses copains, essayant de survivre à la vie infernale de Los Angeles tout en tentant de créer leur premier EP au travers des tourmentes de leurs vies amoureuses, de travail et de passion…

Plutôt très original

Il arrive parfois que nous ayons un peu de difficulté à nous faire une tête sur un jeu, pour diverses raisons. Et cette fois-ci, je dois dire que j’ai eu à bien réfléchir quant à l’angle d’approche à utiliser pour évaluer We Are OFK. Voyez-vous, ce dernier n’est pas un titre de type FMV conventionnel comme l’était The Gallery que j’avais testé juste auparavant, ni un titre dans lequel nous nous sentons à la barre d’une certaine forme de gameplay. En fait, il s’agit ici d’une aventure interactive, mais qui a plus les airs d’une série animée que l’on regarde, que d’un jeu dans lequel on participe activement. Et c’est ici que l’angle d’analyse du jeu fût quelque peu difficile à décider… Après mure réflexion, j’ai alors opté pour celui-ci: We Are OFK nous est vendu comme étant un JEU vidéo et c’est de cet angle que j’ai analysé celui-ci…

Initialement, le jeu était livré en cinq épisodes distincts, chacun d’eux oscillant entre 50 et 80 minutes. Maintenant que les épisodes sont tous disponibles, nous pouvons y jouer sans devoir attendre qu’un nouvel épisode soit disponible sur les boutiques en ligne. Et c’est bien ainsi, car disons que les “cliffhangers” de fin d’épisodes ne sont pas du genre à vous faire tenir sur le bout de votre siège. Bien que non complexe, la petite histoire d’OFK est sympathique et plaira à beaucoup de gens. Nous suivrons les aventures de quatre jeunes dans la vingtaine, ceux-ci tentant de survivre à la vie déjantée de Los Angeles, le tout en essayant de percer la scène musicale avec leur groupe We Are OFK.

Le jeu se déroule au travers de longues séquences ininterrompues d’échanges entre les personnages, lesquels vivront des joies, des peines, des frustrations, des trahisons et autres états d’âme. Le studio a d’ailleurs mis l’accent sur l’inclusivité, ce qui fait en sorte que nos personnages vivent chacun des expériences spécifiques, selon leurs orientations et tendances sexuelles, en plus de posséder des identités non-binaires/non-genrées. Le studio a bien réalisé le tout, de sorte à ce que peu importe nos convictions ou orientations, les évènements du jeu soient toujours agréables.

La formule de jeu de We Are OFK nous donne un peu l’impression que nous devrons jouer un peu à la façon des titres narratifs de la trempe des jeu tels que The Walking Dead – A TellTale Game Series ou The Wolf Among Us, mais il n’en n’est absolument rien… Ou presque! En fait, le gameplay est presque absent, ce qui laisse le joueur en face de ce qui lui semble plus être un « roman visuel » qu’un jeu à proprement dire. Les seuls éléments interactifs dans le jeu, se résument à devoir faire des choix de réponses dans les conversations entre les personnages. Jusque-là, tout demeure dans le type habituel de gameplay proposé par les jeux de cette catégorie.

Par contre, ce qui rend les choses un peu plus ternes, c’est que les occasions de pouvoir faire ces choix, ne sont pas très nombreux. Qui plus est, aucunes de nos réponses ne semble avoir d’impact réel sur le déroulement de l’histoire et des relations entre nos personnages. Et ça, c’est plutôt ce qui fait extrêmement mal à We Are OFK. Je suis un adepte de ce style de jeu et cette fois-ci, je suis dans l’obligation de dire que je suis demeuré sur ma faim au cours des cinq épisodes proposés. Pourtant, il y aurait eu dans l’histoire présentée, de belles occasions d’intégrer un système où nos décisions auraient pu agir sur la qualité des relations interpersonnelles et altérer le déroulement du scénario. Mais ce n’est pas le cas et c’est ce que je déplore le plus au jeu.

De plus, We Are OFK est présenté dans une direction artistique qui risque de ne pas plaire à tous. Bien que le visuel ne soit pas vraiment laid, le design cell-shading-esque général emploi une palette de couleur un peu trop bonbon et faire en sorte qu’on ait de la difficulté à tomber en admiration avec les divers personnages. C’est un peu la même rengaine au niveau de tous les environnements du jeu, ceux-ci devenant très redondants après un épisode ou deux. Il faut tout de fois souligner l’excellent travail de doublage des acteurs qui ont prêtés leurs voix aux personnages. Les conversations sont fluides et crédibles, ce qui permet d’apprécier les divers moments du scénario. J’aurais peut-être aimé une toute petite touche supplémentaire d’agressivité dans certaines scènes, ce qui aurait rehausser les tensions palpables de ces moments précis.

Évidemment, OFK étant un projet musical, la musique occupe une partie importante dans l’histoire. Surtout du fait que les chansons sur lesquelles travaillent nos personnages dans le jeu, s’avèrent êtres les vraies pistes qui composent le EP du groupe We Are OFK, que vous pouvez même retrouver sur le site web dédié à cet effet. Vous pourrez d’ailleurs accéder aux pièces du groupe sur diverses plateformes telles que Spotify, Deezer, Apple Music, YouTube Music et j’en passe! Ce que j’ai trouvé vraiment génial, c’est qu’en fin de chacun des épisodes, une pièce du groupe se dévoile sous forme de vidéoclip interactif!

Sans que l’interaction avec la vidéo soit très élaborée, elle nous permet de pouvoir contrôler divers trucs, ce qui donne différents résultats pendant la vidéo. OFK est un groupe Indie Pop plutôt assez gaga, ce qui fait en sorte que les chansons ne soient pas très spectaculaires ni hyper recherchées en termes de sonorités. La voix de Teddy Dief (le chanteur Luca Le Fae dans le jeu) est assez intéressante, malgré que ce soit relativement assez difficile de juger du talent réel du chanteur tant l’Auto-tune est présent partout.  En tout, cinq pièces peuvent être déverrouillées dans le jeu. Même si je ne suis pas un grand amant de ce type musical, je dois dire qu’au moins trois des cinq chansons comportent de réels vers d’oreille!

D’ailleurs, ma préférée est la pièce que vous découvrirez en premier dans le jeu, Follow/Unfollow, pour laquelle vous pouvez d’ailleurs visionner un vidéoclip différent de la séquence retrouvée en jeu. Ce qui m’apporte aussi à soulever le fait que si le visuel du jeu avait été exactement comme celui de ce clip, le rendu général aurait été vraiment beaucoup plus agréable. La signature visuelle est très similaire, mais c’est dans l’animation que le tout devient réellement plus attirant pour l’oeil.

Bref, We Are OFK est un très bel effort et est différent de beaucoup de jeux dans la même veine. Son plus gros défaut est probablement celui de n’offrir que très peu de jouabilité à ceux qui débourseront leurs précieux dollars pour y “jouer”. Car si celui-ci avait offert aux joueurs plus d’éléments qui donnent l’impression d’y avoir un réel gameplay, le jeu aurait gagné quelques points au tableau final. On verra si le studio en prendra note pour une éventuelle suite…!

Maintenant, restera à voir si OFK et le studio désireront allez de l’avant en proposant d’autres épisodes afin de faire évoluer l’histoire vers une percée du groupe sur la scène musicale de Los Angeles!

Verdict

Test de jeu - Score 6

  • 60%

    Visuel

  • 90%

    Audio

  • 40%

    Gameplay

  • 50%

    Rejouabilité

Ce qu'on aime beaucoup
  • Les bases de l’histoire sont intéressantes
  • Le voice-acting est excellent
  • Les chansons d’OFK se dévoilent sous forme de vidéoclips interactifs
  • L’idée de faire un jeu servant de marketing pour un groupe musical

Ce qu'on aime moins
  • La signature visuelle est un peu bof
  • Les conversations via textos deviennent rapidement agaçantes
  • Nos choix n’affectent pas réellement le cours de l’histoire
  • On ne ressent pas l’émotion des personnages
  • Pas de textes ni dialogues en français
  • La qualité des chansons est un peu inégale

Pour connaitre les critères de notre système de notation, visitez cette page.

Prenez note que la version testée est celle sur PS5. Le jeu est également offert sur PS4, Switch et PC.

Vous voulez soutenir la chaîne?

► Achetez vos jeux vidéo sur Amazon: https://amzn.to/3yALu9L

Marc Desgagnés

Passionné de jeux vidéo, d’entrainement physique, de courses à obstacles, Marc affectionne particulièrement les séries Uncharted, The Last of Us, God of War en plus d’être un fan fini des franchises classiques Resident Evil (RE1-2-3-Veronica) et Ys. Il a également une chronique jeux vidéo régulière sur les ondes de CHOI Radio X 98,1.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.