Crash Boom Bang, ça vous tente? Tanks, hélicos, explosions et conquêtes : votre armée vous attend, grand chef!

Merci à Skirmish Mode Games et Daedalic Entertainment qui nous ont gratuitement fourni une copie du jeu afin d’en faire la couverture médiatique et le test. L’éditeur/développeur nous autorise par conséquent à diffuser et/ou utiliser des extraits du jeu pour nos besoins de production et n’intervient d’aucune façon dans l’attribution de la note finale. #Article13Free

Un jeu indépendant qui surprend avec peu de choses

Le studio Skirmish Mode Games se lance dans la guerre de conquête avec WarPips, ce premier jeu indépendant qui, sous ses airs “défense de tours retro”, n’en est pas moins surprenant. C’est typiquement le genre de jeu qui montre à quel point la scène indépendante actuelle est fleurissante et pleine de créativités.

Faire la guerre ça intéresse, soyons honnêtes, beaucoup de gamers. Mais il y a, comme on le sait, les bons jeux de guerre et les mauvais. Et là où certains trébuchent, soit dans le gameplay, soit dans  la forme, WarPips lui se permet de réussir à peu près partout.

Visuellement simple mais détonnant

En effet Warpips réussit à attirer aussi bien les joueurs d’action que les joueurs de stratégie avec un contenu, certes simple, mais suffisamment pointu pour séduire nombre d’entre eux. Pourtant graphiquement le jeu n’offre pas un tableau spécialement esthétique. Dans le cas d’espèce, on pourrait même le décrire comme assez terne avec son coté retro relativement courant. Toutefois c’est lorsqu’on lance les hostilités que le jeu ressort : ça explose, ça s’illumine comme peu le font et l’on comprend vite que le studio a réalisé un coup de force pour ce genre.

Niveau sonore rien a été oublié non plus. Les belles explosions, citées plus haut, s’allient avec des sons de bonnes factures mais le mieux n’est pas là. Le studio a eu la bonne idée de s’unir avec le français Chris Garcia, et là, le jeu prend encore une autre dimension. Musiques endiablées, percutantes, elles offrent la fulgurance à une action déjà concluante visuellement. De plus elles sont nombreuses et variées dans les styles : un gros point fort.

Le titre s’en tire sans égratignures!

La guerre en couleur ne suffirait pas et le studio n’a pas oublié les essentiels. Plusieurs modes de jeu sont bien présents et le mode conquête (prise de quatre îles) permet aux joueurs d’en avoir pour dix heures devant lui au niveau le plus facile. D’ailleurs, la difficulté a été bien pensée avec cinq niveaux s’il vous plait. La rejouabilité est donc forte pour ce jeu déjà accrocheur.

L’action, on l’a dit est là visuellement, mais la stratégie n’a pas été omise pour autant. Un nombre important d’unités permet de créer sa propre tactique sur la triptyque attaque-défense-argent comme on l’aime. Chaque unité a ses points faibles et on verra vite qu’une armada de tanks seule n’a aucune chance sans un soutien missilier ou un appui aéronautique. Il ne faut pas non plus oublier les pips, la soldatesque, pour finir le boulot.

Mais la gestion de l’armée ne s’arrête pas là. L’expérience et les médailles, générées par elle durant la partie, sont la clef du jeu. Une bonne gestion des médailles est essentielle pour ne pas voir sa base détruite : des médailles pour de l’argent, pour améliorer les aptitudes ou pour l’agrandissement du nombre d’unités mais tout cela au bon moment. Cet aspect décisionnel permet d’affirmer que les joueurs de stratégie y trouveront aussi leur compte.

Alors c’est où que ça coince?

Ingénieux, puissant musicalement avec un bon équilibre gestion-action, on pourrait légitimement se demander où le studio aurait manqué. Après des heures de jeu haletantes et jouissives, on a noté agréablement peu d’échecs. Peut-être que les décors reviennent un peu trop souvent.

Plage, ville, pont… c’est vrai que cela tourne un peu en rond. On aurait pu voyager plus loin. Le système d’amélioration, bien fait soit-il dans son interface, offre assez peu de nouvelles techniques ce qui contribue aussi à une certaine redondance. A cela, quelques inévitables problèmes de path finding mais ils sont assez rares finalement.

On aime ces guerres là

Tous ces petits soucis n’altèreront en rien une excellente impression qui offre à tous les types de joueurs une expérience de jeu très convaincant pour WarPips. On est pas loin du sans fautes, même coté prix. Un succès qui devrait en appeler un autre, avec un DLC pour des joueurs charmés qui n’attendront plus que ça!

Test de jeu - Score 8

  • 65%

    Visuel

  • 90%

    Audio

  • 80%

    Gameplay

  • 80%

    Rejouabilité

Positifs
  • Originalité du concept
  • Musiques très entrainantes
  • Bon équilibre gestion/tactique
  • Pas cher (15€/20$ CAN)

Négatifs
  • Quelques éléments répétitifs (décor, améliorations)

Pour connaitre les critères de notre système de notation, visitez cette page.

Prenez note que la version testée est celle sur PC.

Vous voulez soutenir la chaîne?

► Achetez vos jeux vidéo sur Amazon: https://amzn.to/3yALu9L

Frédéric Bouquin

Toujours à la recherche de sources positives il aime rire, comprendre et transmettre. Passionné d’Histoire, de géopolitique et de musique il est épanoui dans sa vie de papa comme dans sa vie professionnelle. Depuis 40 ans déjà il vit un attachement fidèle avec le jeu vidéo notamment les jeux de stratégie.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.