Suivre un cours d’histoire sur la voiture tout en roulant à fond la caisse, c’est quand même très amusant!

Merci à PlayStation Canada qui nous a gratuitement fourni une copie du jeu afin d’en faire la couverture médiatique et le test. L’éditeur/développeur nous autorise par conséquent à diffuser et/ou utiliser des extraits du jeu pour nos besoins de production et n’intervient d’aucune façon dans l’attribution de la note finale.

Un simulateur de courses pour grand public

Pour être tout à fait honnête avec vous, je vous avoue que je ne suis pas le plus grand fan de jeux de courses, surtout pas des jeux de type « simulateur », préférant de loin ceux qui proposent un format plus « arcade ». C’est pourquoi pour le test de Gran Turismo 7, j’ai fait appel à l’aide de mon collègue Martin Grondin, qui lui se veut un grand amant des jeux de racing, spécialement des jeux axés sur la simulation pure et dure. Alors se test sera traité à la fois via l’œil d’un joueur de tous les jours et via l’analyse d’un pro des simulateurs de courses auto.

Probablement le retour en force tant attendu

D’emblée, au lancement du jeu, le premier sentiment qui m’est passé par la tête est celui de trouver que la présentation était léchée à fond, mais donnait aspect très guindé au jeu. Dès l’ouverture, on comprend vite que GT7 nous proposera un historique de la voiture comme trame de fond, ce qui est plutôt une bonne idée étant donné que la franchise fête son 25e anniversaire.

À notre arrivée dans le menu principal, nous sommes immédiatement replacés dans nos bonnes vieilles pantoufles. Étant légèrement évolué versus ses prédécesseurs, le menu d’accueil nous présente clairement et progressivement tous les endroits que nous pourrons visiter au cours de nos parties. Par contre, c’est en entrant dans ces dits endroits, que vous pourrez vite constater que le traitement de GT7 est moins dynamique que certains autres jeux de courses automobiles. Nous sommes ici reçus par divers personnages, dont Luca, qui nous serviront de guides pour évoluer dans notre quête aux voitures au travers une panoplie d’activités différentes. J’ai beaucoup aimé la présentation, outre le fait qu’elle soit un peu lente et qu’aucun de nos interlocuteurs ne possèdent de dialogues parlés et d’animations. Au lieu de ça, nous aurons à lire des textes, surplombés par une petite pastille avec la photo de ceux-ci…

Au niveau visuel, Gran Turismo Sport proposait déjà des graphismes plutôt superbes sur PS4 et GT7 réussi à relever le tout d’un cran, sans toutefois nous apporter « ailleurs » en termes de claque visuelle. Le jeu propose un mode performance ainsi qu’un mode résolution qui, comme Horizon Forbidden West, fait un excellent travail dans peu importe le mode choisi. Encore une fois, la fluidité du mode performances rendra le tout vif et rapide, alors que le mode résolution proposera de meilleures textures et éclairages, en ne sacrifiant pas énormément de fréquences d’images par secondes. Là où les choses peuvent êtres un peu décevantes, c’est que bien que le jeu offre le Ray-tracing, celui-ci ne sera actif que pour tout ce qui se retrouve en dehors de nos courses en temps réel, comme dans les rediffusions et le mode Scapes par exemple.

Comme les GT précédents, la modélisation des pistes, environnements et voitures est superbe, au point même d’en arriver à se demander si certaines séquences sont réelles ou non! Les effets de réflectivité sur les pièces des voitures, en particulier les vitres et les tableaux de bord, sont vraiment incroyables! Par contre, certains petits bogues d’affichage ont été présents dans notre version PS5, dont des chargements de textures en retard (pop-ins) à plusieurs endroits. Ceci me sidère toujours un peu, surtout considérant la vitesse de SSD de la PS5 qui, selon les spécifications, devrait faire en sorte que ce genre de petit accro n’existe pas. Ce sera peut-être, ou probablement, corrigé via des mises à jour à venir, comme ce fût le cas pour HFW.

Là où j’ai beaucoup aimé GT7, c’est dans son mode « histoire » et de la façon que celui-ci nous est proposé. Ayant comme pièce centrale « Le Café » (un bistro), nous sommes embarqués dans une quête aux voitures de tous types et tout constructeurs. La plupart de ces bolides seront récupérés en gagnant des courses, en accomplissant certaines missions ou via des tirages au sort. Avec plus de 400 voitures et plus de 90 pistes dans 34 localisations autour du globe, disons que la quête est sommes toutes assez longue et amusante!

Plus vous avancez dans le jeu, plus d’options et d’endroits s’ajoutent au menu principal, qui prend la forme d’une carte comme dans les GT précédents. D’ailleurs, bien que c’est bien fait, on aurait quand même aimé que tout soit réellement re-vampé pour fêter les 25 ans de Gran Turismo. Ces endroits nous permettent d’accéder à des vendeurs de voitures d’occasion, des encans de voitures classiques et historiques, un garage pour acheter des pièces pour améliorer les performances des nos bolides, des défis de toutes sortes, un endroit pour éditer l’apparence de nos voitures et de notre pilote et ainsi de suite.

Le jeu offre également des modes multijoueur en ligne, mais étant donné que nous avons eu le jeu avant son lancement officiel, nous n’avons pu tester son mode en ligne, les serveurs étant pratiquement déserts à chaque connexion pour l’essayer. Par contre, le Mode GT tant réclamé des joueurs est enfin de retour, ce qui risque de plaire à plusieurs fans de la franchise qui avaient déserté le jeu lorsque ce mode est disparu voilà quelques années.

Au niveau gameplay, malgré les « restrictions » qu’imposent les simulateurs de courses, j’ai plutôt été impressionné et surpris de m’y plaire autant! Il faut dire que j’y ai joué en mode facile et sans tous les types de pénalités activés. Pour ceux qui aime une simulation plus réelle, il est fort probablement que d’y jouer en mode plus difficile avec toutes les pénalités en fonction, rend le jeu plus grisant. Au début du jeu, tout nous parait un peu lent, surtout car les voitures que nous obtenons, ne sont pas hyper puissantes. Plus nous avançons, plus nous en apprenons sur les voitures et plus nous récoltons des engins plus puissants les uns que les autres. Et à un certain moment, nous avons cette franche impression de vitesse qui embarque en jeu et qui, à ce moment, nous donne enfin ses sensations fortes tant appréciées d’un jeu de course.

Et bien que la vaste majorité des pistes soient les mêmes que celles des GT précédents, conduire à pleine vitesse dans des circuits étroits comme ceux de Tokyo, donne vraiment de beaux moments de combats dans les virages de ses pistes étroites! Peu de réelles nouveautés vous attendent dans GT7, outre que la version PS5 prend à charge les capacités de la DualSense. Bien que la sensibilité de la manette soit réglable de A à Z, certains aspects nous ont semblé manquer un peu de “humph”! Exemple: lorsque nous devons freiner, la gâchette de gauche offre une certaine résistance, mais ne semble pas être représentative de la vie réelle. Même en mettant sa sensibilité à “fort”, on dirait qu’elle manque un peu de force de résistance.

Par contre, j’ai bien aimé la gâchette de droite, qui active les gaz. Dépendamment de la piste, de la météo, des pneus utilisés et de la puissance du bolide en main, on peut bien sentir la puissance du moteur. Pas beaucoup dans les cylindrées plus petites, mais pour les véhicules de 400CC et plus, on commence à bien ressentir le tout. Il faut alors faire attention aux sous-virages et survirages, surtout en sortant des courbes, car on peut facilement aller cueillir des fleurs dans le champs! La profondeur des vibrations de la DualSense sont également bien employées, afin de nous permettre une très belle immersion en jeu.

Dans l’ensemble, GT7 plaira peut-être d’avantage aux fans de jeux de courses de tous les jours, qu’aux experts en simulateurs racing. Il y a beaucoup de plaisir à y avoir et tout se déroule à bon rythme pour conserver notre intérêt d’aller de course en course tout au long de nos parties. Pour les gens qui espéraient le Nec Plus Ultra de la franchise GT, ce dernier risque peut-être de les laisser un peu sur leur faim. Pas que le jeu soit moche, très loin de là. Mais les différences entre GT7 et Gran Turismo Sport ne sont pas très nombreuses, outre que de proposer de meilleurs graphismes (jusqu’à un certain point), ainsi que de meilleurs performances. Le reste du jeu offre beaucoup, ou même trop de similitudes avec les GT précédents, ce qui est un peu fâchant sachant que pour le 25e anniversaire, on se serait peut-être attendu à vraiment vivre LA nouvelle expérience de simulation de courses automobiles.

Ah oui, le mode Scapes est de retour et bien que ce mode n’est purement qu’esthétique et “superficiel” au reste du jeu, j’ai vraiment adoré les scènes incroyables dans lesquelles nous pouvons placer nos voitures pour en tirer les clichés les plus fous! Étant Québécois, je suis même tombé à la renverse de retrouver plus d’une vingtaine d’endroits de la ville de Québec (Canada), tels que la terrasse Dufferin, le Château Frontenac, la Rue du Trésor et autres endroits pittoresques et touristiques de ma belle ville!

Verdict

Test de jeu - Score 8.5

  • 90%

    Visuel

  • 80%

    Audio

  • 85%

    Gameplay

  • 90%

    Rejouabilité

Positifs
  • Présentation très léchée
  • L’aspect “aventure” de récupérer les voitures
  • Très beau visuel et fluidité du mode performance
  • Physique et modélisation des voitures
  • Météo et cycle jour/nuit dynamiques
  • Beaucoup de trucs à faire et de “missions” en jeu
  • Bonne panoplie d’ajustements des voitures
  • Plus de 400 bolides et 90 pistes
  • Belle utilisation des fonctionnalités de la DualSense
  • Bonne musique de styles très variés

Négatifs
  • La présentation est un peu lente malgré qu’elle soit bonne

  • L’IA n’est pas aussi intelligente que ce à quoi nous nous attendions
  • Quelques mini bogues d’affichage ici et là (chargement de textures en retard)
  • La mauvaise définition de certains ombrages
  • Certains effets ne sont pas assez ressentis via la DualSense

Pour connaitre les critères de notre système de notation, visitez cette page.

Prenez note que la version testée est celle sur PS5. Le jeu est également disponible sur PS4.

Vous voulez soutenir la chaîne?

► Quelques uns de nos produits sur Amazon: https://amzn.to/2pTNLZ1
► Achetez vos jeux vidéo sur Amazon: https://amzn.to/2GmptgY

Marc Desgagnés

Passionné de jeux vidéo, Marc affectionne également l'entrainement, les courses à obstacles, les films et la musique, en plus d'être un grand fan de Resident Evil, Uncharted, God of War et The Last of Us.

Voir tous les articles

4 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Absolument. Ce nouvel opus est pour ma part très décevant.
    Les modes sont long à se retrouver et les courses sont « banales ».
    Pour un jeu nouveau, vraiment je préfère rester sur GT SPORT car ce GT7 manque vraiment de fun et de « coté pratique ».
    Tout est presque « rébarbatif » et franchement pour les joueurs PS4, GT SPORT est bien plus « jouable » et agréable que GT7.
    Ma note perso pour ce nouvel GT7 ne dépasse pas 4/10 et encore…

    Un maître mot: DÉCEVANT

    • On respecte tout à fait ton opinion sur le jeu et c’est un peu moche que celui-ci ne soit pas à la hauteur de tes attentes. Par contre, de notre côté nous ne sommes pas entièrement d’accord avec toi, surtout au niveau de ta note qui est franchement un peu trop sévère. Peut-être que celle-ci est plus valable si elle est donnée via l’angle d’un grand fan de sim racer, mais de l’angle d’un jour de tous les jours, GT7 n’est clairement pas aussi moche qu’un 4/10… 😉 Bref, on verra bien avec un éventuelle GT8! lol

  • un point Négatifs a ajouter ,quand on fait une course on commence jamais sur la ligne de départ comme les premier gran Turismo avec tout les voiture ,il faut toujours rattraper les voiture devant

    • Ouais, ben disons que c’est un jeu de course hein. Donc, si on partait le premier devant à TOUTES les courses, ce serait probablement un peu trop facile, surtout avec des voitures plus puissantes que l’ensemble des autres voitures que nous affrontons. De façon générale, moi j’ai trouvé que c’était quand même bien balancé. Lorsque tu as des courses où tu vas avoir 4-5 tours à faire, tu réussis rarement à rattraper tout le peloton dans le premier tour et ça va jusqu’au 3e, même 4e et 5e tour avant de pouvoir réussir à passer la voiture de tête.

      Même chose avec les courses de 2-3 tours. À mon avis, débuter toujours premier serait un peu plate….

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.