Xenoblade Chronicles nous revient pour la troisième fois dans une édition ultime marquant un coup de circuit ! Cet excellent jeu de rôle bénéficie cette fois de peaufinements et nouveautés qui vous tiendront occupés très longtemps !

Studio: Monolith Soft. | Parution: 29 mai 2020 | Genre: RPG | ESRB: T (Adolescents) | Disponibilité: Nintendo Switch | Format(s): Numérique et Physique  | Langues: Français, Anglais, Espagnol, Allemand, Italien, Coréen, Chinois | Durée: 100 heures+

Merci à Nintendo du Canada qui nous a gratuitement offert une copie du jeu afin d’en faire la couverture médiatique et la critique. L’éditeur/développeur nous autorise par conséquent à diffuser et/ou utiliser des extraits du jeu pour nos besoins de production et n’intervient d’aucune façon dans l’attribution de notre note finale. #Article13Free

► N’oubliez pas de nous suivre sur nos plateformes YouTube, Facebook, Twitter, Linkedin et Twitch !

Vous voulez soutenir la chaîne?

► Quelques uns de nos produits sur Amazon: https://amzn.to/2pTNLZ1
► Achetez vos jeux vidéo sur Amazon: https://amzn.to/2GmptgY

Notre avis complet

Après des parutions sur Wii et Nintendo 3DS, était-ce nécessaire de relancer Xenoblade Chronicles sur la Nintendo Switch ? Si la question se pose, le résultat ne fait aucun doute. En effet, au-delà d’une simple refonte, les développeurs ont inclus plusieurs ajustements ainsi qu’un chapitre ultime venant clore de façon magistrale ce qui était, à la base, un excellent jeu de rôle. Bienvenue ou re-bienvenue dans une grande épopée sur une toute petite console !

Scénario classique dans un univers fascinant

Xenoblade Chronicles met en scène plusieurs jeunes aventuriers menés par un jeune surdoué du nom de Schultz. Vivant sur un immense titan figé dans le temps ainsi que l’espace suite à un combat avec un autre titan, Schultz est particulièrement intéressé par l’étude de la Monado, une épée mystique déployant la seule énergie connue pour faire face aux machines régnant sur le titan Mékonis. Or, lorsque son monde sera de nouveau attaqué par les machines, la destinée de Schultz s’activera à vitesse grand V, forçant le jeune homme et sa bande à explorer son monde et à exploiter le potentiel de la Monado avant que l’ensemble des humains ne soient massacrés.

L’univers construit autour de Xenoblade Chronicles demeure, encore à ce jour, impressionnant. Si l’essence du scénario est plutôt classique pour un jeu de rôle japonais, on ne peut qu’être ébahis devant l’ampleur du détail présent dans le jeu. Tout au long de votre quête, vous ferez la rencontre d’une multitude de personnages qui, chacun à sa façon, ajoutera sa touche à l’univers du jeu. De plus, les centaines, voire milliers de découvertes que vous ferez à propos de la faune et la flore de cet immense univers vous surprendront, au même titre que les voies qu’empruntera le scénario au fur et à mesure de votre progression.

Ainsi, malgré une mise en contexte peu originale ainsi que des dialogues tombant parfois dans le cliché, Xenoblade Chronicles n’en demeure pas moins un monde fascinant à découvrir dans lequel on plonge sans voir les heures passer !

Un système de combat étrange aux multiples possibilités

Comme plusieurs jeux de rôle à la japonaise, le système de combat mis de l’avant est plutôt particulier. Si vous n’avez jamais joué à un jeu de la franchise Xenoblade Chronicles auparavant, il se peut que vous soyez déboussolé au cours des premières heures. Or, ne vous inquiétez pas puisqu’on finit par s’adapter aux mécaniques ainsi qu’aux subtilités des combats.

Grosso modo, les combats se déroulent automatiquement. Vous pouvez cibler un ennemi en appuyant sur la gâchette L ou R puis enclencher l’affront, à moins que l’ennemi ait à priori la faculté de vous repérer. Puis, les attaques seront livrées automatiquement. Vous, vous aurez un rôle actif à jouer au niveau du personnage que vous contrôlerez. En fait, vous pourrez sélectionner une attaque spéciale (appelée Art) et positionner votre combattant en temps réel afin de maximiser vos chances de vaincre vos adversaires.

Au niveau des Arts, ces derniers s’ajouteront à votre éventail de techniques à mesure que vos personnages gagneront de l’expérience. Divisées par couleurs, les Arts auront différents effets sur les adversaires. Par exemple, certains seront des attaques, d’autres pourront soigner, certains pourront faire basculer un ennemi ou l’hébéter, etc. À cet effet, lorsque vous affronterez une machine, il sera nécessaire d’utiliser les Arts de la Monado afin, notamment, que les armes de base des autres personnages que Schultz puissent avoir un impact sur les blessures de vos adversaires métalliques. La clé est de savoir utiliser le bon Art au bon moment !

La position de votre personnage aura aussi une importance lors des batailles. En outre, si vous êtes trop loin d’un adversaire, vous ne pourrez tout simplement pas l’atteindre et le blesser. Qui plus est, certains Arts seront plus efficaces si votre personnage est placé à un certain endroit par rapport à un ennemi. Par exemple, l’un des premiers Arts appris par Schultz est la Fente dorsale. Pour maximiser sa puissance, il faut l’utiliser lorsqu’on est face au dos d’un adversaire. Ainsi, lorsque vous apercevrez un point d’exclamation à côté de l’un de vos Arts, vous serez dans la bonne position pour libérer sa pleine puissance.

Finalement, la constitution de votre équipe représente un autre facteur clé. Au total, vous recruterez sept personnages jouables durant votre aventure, chacun ayant ses propres forces et faiblesses. Bien que Schultz soit le personnage principal, vous pourrez personnifier n’importe quel guerrier et vous constituer une équipe de trois combattants tout au long de votre quête. L’important sera de trouver la bonne combinaison selon votre style de jeu, question d’avoir ainsi le dessus sur vos adversaires plus facilement.

Évidemment, il existe bien d’autres subtilités par rapport au système de combat. Or, ce serait trop long et inutile de toutes vous les expliquer. De nombreux didacticiels vous seront proposés durant les cinq à huit premières heures de la campagne et, au fil du temps, vous vous habituerez en étant de plus en plus confortable avec toutes les mécaniques mises de l’avant. Sachez tout de même que Monolith Soft. a trouvé le parfait équilibre entre l’automatisation et la prise de décision en temps réel, nous donnant ainsi droit à des combats remplis d’action dans lesquels on sent qu’on joue réellement un rôle actif !

Explorer encore et encore et encore !

Les combats ne sont qu’une dimension de Xenoblade Chronicles. Comme je le mentionnais, il s’agit d’un jeu de rôle d’envergure dans lequel l’exploration est fortement encouragée et récompensée.

Ainsi, en parcourant les environnements, vous découvrirez des points d’intérêts. Ce faisant, vous débloquerez des points de navigation rapides qui vous seront très utiles pour voyager d’un endroit à un autre. L’univers du jeu étant très vaste, il aurait été plus que fastidieux de devoir parcourir tous les environnements à pieds, et ce pour chaque quête. D’ailleurs, sachez que le jeu contient des centaines de quêtes secondaires afin de vous tenir occupé très longtemps !

Ceci dit, ce qui est gratifiant au niveau de l’exploration sont les récompenses y étant associées. En outre, chaque point d’intérêt et chaque nouvel environnement découvert vous rapporteront de l’expérience. C’est particulièrement grisant de se promener et de découvrir par hasard une zone secrète ou encore une caverne. De plus, la faune existera indépendamment de vous. Bien des créatures seront présentes et vivront leur quotidien sans vous porter une quelconque attention. À moins qu’elles ne vous attaquent à vue, vous pourrez les laisser vivre ou les affronter comme bon vous semblera. Ainsi, Xenoblade Chronicles n’est pas qu’un jeu de rôle aux univers massifs, c’est aussi un jeu avec une vie lui étant propre.

À tout cela, il faut ajouter le système social mis de l’avant. Comme je le mentionnais, vous ferez la rencontre d’une multitude de personnages tout au long de votre aventure. Chaque fois que vous parlerez à un personnage avec un nom dans une ville ou un refuge, il s’ajoutera à l’imposant sociogramme de vos menus. En complétant des missions pour les habitants et/ou en leur parlant, vous verrez l’évolution de certaines relations et augmenterez aussi votre réputation aux yeux d’un peuple, vous donnant alors accès à encore plus de missions et de bonis. Évidemment, vous pourrez aussi parfaire les relations entre vos propres personnages, notamment au sein des combats, à l’intérieur de missions ainsi que lors d’événements spéciaux.

Vous pensez que c’est tout ? Oh que non ! Le jeu contient aussi une panoplie d’objets à ramasser non seulement pour améliorer vos personnages, mais aussi pour garnir une encyclopédie. Chaque partie du monde aura des objets à récolter et à ajouter dans une encyclopédie. En complétant une portion ainsi qu’une section de cette dernière, vous débloquerez des bonis, dont de l’équipement plus puissant. Cela encourage davantage l’exploration et la tentation de fouiller le moindre recoin de chaque environnement !

Un nouveau chapitre livrant la marchandise ainsi que de belles améliorations

Tout ce que je viens d’énumérer est déjà connu de ceux ayant déjà joué à Xenoblade Chronicles. Alors, pourquoi racheter ce jeu pour 90$ si on y a déjà joué sur Wii et/ou Nintendo 3DS ? Eh bien, pour quelques raisons.

Premièrement, le jeu propose un nouveau chapitre faisant office d’épilogue. Mettant en vedette Melia, l’épilogue Future Connected vous transportera sur les épaules du titan au sein d’environnements qu’on n’avait qu’aperçus dans les cinématiques du jeu de base. Prenant entre 10 et 15 heures afin d’être complétée, cette nouvelle histoire possède un meilleur rythme que celui du jeu original et clôt de belle façon un pan scénaristique qui avait été laissé ouvert à la parution du jeu original.

Bien qu’il progresse de façon similaire à l’aventure principale, l’épilogue contient tout de même certaines particularités visant les vétérans de la série. En outre, vous n’aurez pas accès aux attaques en chaîne (remplacés par des coups spéciaux octroyés par certains personnages) et Schultz n’aura plus son habileté lui permettant d’anticiper certains coups des ennemis. De ce fait, le défi proposé s’en trouve plus relevé, d’autant plus que le niveau de base pour entamer cette extension est 60.

Même si la durée de cette aventure peut paraître faible comparativement à la campagne de plus de 80 à 100 heures du jeu de base, ça n’en demeure pas moins une excellente extension à laquelle vous pouvez avoir accès en tout temps. Donc, si vous voulez passer directement au nouveau chapitre sans refaire tout le jeu, vous n’aurez qu’à le sélectionner dans le menu principal. Advenant que vous ayez déjà fait la campagne il y a quelques années, il ne vous restera qu’à déterminer si vous voudrez encore la refaire ou si cette extension ainsi que les nouvelles quêtes Contre la montre (qui ajoutent elles aussi plusieurs heures de jeu) justifient à elles seules un achat à plein prix.

Autrement, les éléments techniques ont été revus et améliorés. En outre, le visuel est proposé en haute définition, permettant d’offrir des textures plus lisses. Les modèles de personnages bénéficient également d’une couche de peinture leur donnant un air anime/cel shading très joli. Néanmoins, on peut facilement voir des signes d’âge un peu partout. Par exemple, les pixels ne sont pas rares dans les décors et certaines animations laissent à désirer. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai eu l’impression que les personnages flottaient et semblaient s’adonner au Moon walk alors qu’ils devaient courir…

La trame sonore a aussi bénéficié d’une refonte. Plusieurs pistes sonores ont été remixées de sorte que leurs tonalités orchestrales sont beaucoup plus puissantes et poignantes. Posez une paire d’écouteurs sur vos oreilles et laissez-vous emporter par les rythmes enchanteurs du jeu, vous aurez alors l’impression de vivre dans cet univers si particulier ! Ceci dit, bien que les voix soient correctes, on sent là encore l’âge du jeu. En fait, les dialogues ont tendance à être coupés au couteau, passant d’un personnage à l’autre sans transition fluide. Cela donne droit à des échanges qui, par moments, sont plus robotiques qu’humains.

Enfin, les menus sont beaucoup plus intuitifs et faciles à lire qu’à l’époque. Considérant la quantité d’options et de mécaniques présentes, on pouvait aisément se perdre dans le dédale de possibilités de Xenoblade Chronicles. Pour cette nouvelle édition, les développeurs ont simplifié le tout et ont rendu les options plus faciles d’utilisation. Certes, certains éléments auraient mérité d’être davantage peaufinés (dont le tri de l’équipement), mais globalement, c’est un jeu bien plus agréable à jouer qu’on nous propose !

Une bonne réédition ?

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition porte bien son nom. C’est l’édition ultime du jeu paru à l’origine sur Wii qui noud finalement sa boucle. Si vous n’y avez jamais joué, c’est un jeu de rôle à ajouter les yeux fermés à votre collection pour Nintendo Switch. Dans le cas contraire, je n’hésite quand même pas à vous le recommander, les ajouts et ajustements pouvant aisément justifier un nouvel achat. Dites-vous bien qu’avec plus de 160 heures de jeu pour tout compléter, vous en aurez énormément pour votre argent !

Verdict

Visuel8 / 10
Audio8 / 10
Gameplay8.5 / 10
Rejouabilité10 / 10
Appréciation générale (n'est pas une moyenne des notes ci-dessus)9.5/ 10

Pour connaitre les critères de notre système de notation, visitez cette page.

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition

Pour

  • Un univers fascinant à explorer
  • Belle refonte visuelle avec, au passage, des menus plus intuitifs
  • Une exploration gratifiante nous encourageant à tout explorer
  • Durée de vie dépassant les 100 heures, voire les 160 heures pour ceux voulant tout compléter

Contre

  • Dialogues manquant parfois de fluidité
  • Certaines animations laissent transparaître l’âge du jeu
  • Les premières heures sont déroutantes, soyez avertis !

Daniel Carosella

Criminologue de formation, gamer par passion. Daniel couvre l'univers du jeu vidéo depuis plus de 21 ans. Son parcours l'a amené à écrire pour JeuXpress.ca puis à être rédacteur en chef de HardGamers.com pendant 11 ans et chroniqueur jeux vidéo sur AffairesDeGars.com pendant plus de 10 ans. Depuis, il écrit sur Branchez-Vous.com et M2Gaming.ca et discute sur le podcast Réalité Augmentée.

Voir tous les articles

Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soumettre votre critique

Vous aimeriez apporter vous aussi votre avis sur un jeu vidéo que nous avons faits? Donnez votre note et nous la partagerons à tous.

Voici mon pointage

Si vous désirez soutenir la chaîne…

NOUS SOMMES LIVE! CLIQUEZ POUR VOIR LE STREAM.
NOUS SOMMES HORS LIGNE.